Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/04/2015

Atelier d'écriture de scénario 2015 à la Médiathèque de Cannes

L'association Regard Indépendant propose la mise en place d'un atelier d’initiation à l’écriture de scénario de court-métrage dans le cadre de la Médiathèque de Cannes.

Première séance samedi 11 avril à 14h00

L'atelier s'adresse à tous ceux qui souhaitent s’initier à la création cinématographique à travers les particularité de l'écriture de scénario et l'analyse filmique : public scolaire, étudiants, amateurs, cinéphiles de tous âges, passionnés d'écriture et de cinéma.

L’atelier sera structuré en 6 séances de mars à juillet. samedi de 14h à 16h30 le  11 avril, 25 avril, 09 mai, 30 mai, 06 juin, 27 juin.

Il sera suivi d'une soirée de lectures publique des scénarios réalisés à programmer en septembre-octobre

Les participants seront invités à développer un scénario de court-métrage. L'atelier organisera l'échange interactif autour des travaux des participants : Lectures et analyses en commun, lectures critiques par les intervenants entre deux cours, réécriture et résolution des problèmes de récit.

Woody-Allen-typing.jpg

Seront abordés les points suivants :

  • Le monde du court métrage en France : Son histoire, ses réseaux, le rôle des associations, les aides et les festivals.
  • Initiation pratique aux techniques de base de présentation et de rédaction d’un scénario de court métrage en s’appuyant sur des exemples concrets. Cette partie approchera les spécificités de la rédaction d’une continuité dialoguée. Initiation à la dramaturgie. Les différents schémas.
  • La proposition dramatique principale.
  • Les personnages.
  • Les dialogues.
  • Les différentes étapes de l'écriture : synopsis, traitement, séquencier, continuité dialoguée.
  • Lecture et analyse d’un scénario lors des commissions et par les producteurs.
  • Projection d'extraits de films et exemples concrets d'écriture cinématographique. Notions de mise en scène et de montage.

Blog : Le travail de l’atelier et le suivi des projets s’effectue à travers un blog sécurisé ouvert pour l'occasion : http://latelier.hautetfort.com/

Cet espace interactif permet d’assurer une continuité dans les échanges tout au long de l’année et de multiplier les informations, l’actualité du scénario et de diffuser de nombreux documents. Il sera animé par Vincent Jourdan, président de l’association Regard Indépendant.

Animateur : Vincent Jourdan, Président de l'association Regard Indépendant, organisateur des Rencontres Cinéma et Vidéo à Nice.

Organisation :

  • 6 séances de deux heures et demi de mars 2015 à juillet 2015
  • Horaire : Samedi de 14h00 à 16h30
  • Effectif : 12 participants maximum
  • Matériel : Tableau
  • Lecteur DVD + écran ou téléviseur
  • Inscription : Médiathèque de Cannes

Calendrier :

  • Séance 1 : Présentation et objectifs / Les étapes d'un scénario / Le récit au cinéma écrit, Image et montage / Le synopsis / Film 1
  • Séance 2 : Exercices sur le synopsis / Théorie de la Proposition Dramatique
  • Principale / Film 2
  • Séance 3 : La structure du récit (Exposition, élément déclencheur, développement, climax, résolution) / La Nomenclature / Le personnage / Film 3
  • Séance 4 : Traitement / Écriture de la continuité dialoguée / Film 4
  • Séance 5 : Travail sur les continuités dialoguées / Le dossier d'accompagnement / Film 5
  • Séance 6 : Travail sur les continuités dialoguées et finalisation / Les festivals de courtmétrage / La note d'intention / Film 6

Contact :

Vincent Jourdan

regardindependant@gmail.com

06 23 07 83 52

Christine Cecconi

Service vidéothèque

Médiathèque de Cannes

1 Ave Jean de Noailles

06400 Cannes

Tel : 04 97 06 44 83

06/04/2015

Vendredi 10 avril - Soirée Sylvain George au Mercury

sylvain george,adn,cinéma sans frontières,cinéma mercury

Cinéma Sans Frontières, en collaboration avec l'ADN et Regard Indépendant, propose une soirée autour du film de Sylvain George : Vers Madrid - The burning bright (France, 2014, 1h46), en présence du réalisateur.

Le film sera présenté et le débat animé par Josiane Scoleri, Théresa Maffeis et Vincent Jourdan.

La séance aura lieu le Vendredi 10 avril 2015 à 20h30 au Cinéma  Mercury, 16 Place Garibaldi.

Entrée : 7,50 € (non adhérents), 5 € (adhérents CSF et toute personne bénéficiant d’une réduction au Mercury).

Vers Madrid-The burning bright est un newsreel expérimental qui atteste des expérimentations politiques et poétiques, mises en oeuvre par des milliers d’individus à Madrid en 2011, 2012… Le 15 M est le premier « mouvement » d’envergure du XXIème siècle que connaissent les sociétés occidentales, et qui donnera lieu aux différents « Occupy » à travers le monde. Un processus transhistorique et transfrontière qui vient de loin, réactive et travaille des concepts et notions clés de la philosophie politique occidentale, trop longtemps oubliés : demos, logos, révolution… Place Puerta de Sol, passé et futur se rencontrent dans le présent où ils se réinventent constamment. Vers Madrid, Place Puerta del Sol, les pays d’Europe et du monde se sont tournés comme les fleurs vers le soleil.

Profondément intéressé par les révolutions dans le monde arabe puis les mouvements sociaux et politiques qui se sont produits en Espagne en 2011 notamment, Sylvain George s’est rendu sur les lieux avec une caméra et en a ramené un film qui atteste des expérimentations politiques et poétiques à l’œuvre dans ce qu’on a appelé le mouvement des « Indignés ».

Ce film s’inscrit dans la mouvance des films d’actualités, ou newsreels, réalisés notamment dans les années 1970 par Robert Kramer, Jean-Luc Godard, Raymundo Gleyzer, etc., et dont il renouvelle et réactualise le genre — il est à noter que ces dernières années, cette forme brève qu’est le newsreel va être retravaillée aussi bien par des cinéastes comme Alex Reuben sur les mouvements sociaux en Angleterre, Ken Jacobs ou Jem Cohen sur Occupy Wall Street à New York, le Front Newsreel en Slovénie, mais aussi par des collectifs ou entités autonomes en Turquie, au Brésil, en Grèce, en Tunisie, en Égypte, en Syrie, au Yémen, etc., qui produiront rapidement des images afin de rendre compte des enjeux de l’époque.

Il s'agit d'un film « sauvage », qui relève de l’improvisation la plus totale, et a été réalisé hors de tout système de production classique.

Venez nombreux !

Pour avoir davantage d'information, vous pouvez consulter le site de CSF ou leur page Facebook.

Contact téléphonique Mercury : 08 92 68 81 06

CSF : http://cinemasansfrontieres.free.fr

Contact téléphonique : 06 72 36 58 57 / 04 93 26 54 46

Regard Indépendant : www.regardindependant.com

Contact téléphonique : 06 23 07 83 52

AdN : www.adn-nice.org

Contact téléphonique : 06. 03. 51. 28. 32

26/03/2015

28 et 29 mars - Formation super 8

Pour préparer les cinquante ans du super 8, le film collectif et la collection 2015, l'association Regard Indépendant propose un week-end d'initiation et de formation au super 8 les samedi 28 et dimanche 29 mars au CLAJ Clairvallon de Nice, au 26 avenue Scudéri, 06100 Nice.

L'association prend en charge les frais de location. Il est nécessaire d'être à jour de ses cotisations 2015 pour participer aux journées.

Accès : http://www.clajsud.fr/vacances_nice.a1.fr.html

Repas : possibilité d'achat sur place ou d'apporter son pique-nique.

Programme : le week-end sera divisé en quatre modules, il n'y a pas d'obligation de participer aux quatre, mais le premier est fortement recommandé. Un apéro sera organisé en fin de journée le samedi après-midi.

Horaires : 9h00/12h00 et 13h30/17h00 (merci d'être ponctuel) :
  • Samedi matin : Présentation, organisation de la collection et du film collectif, règlement, planification, gestion des droits, etc.
  • Samedi après-midi : Utilisation du matériel sur caméras (vous pouvez apporter les vôtres), théorie du tournage en super 8 tourné-monté règles et retour d'expériences, formation photographie.
  • Dimanche matin : Travail sur le scénario en deux groupes: film collectif et films individuels.
  • Dimanche après midi : travaux pratiques en super 8, bobines d'essais, mise en situation avec matériel. Bilan du week-end.
Merci de confirmer votre participation, 20 places maximum. 

Soutenez le projet des 50 ans du super 8 sur Ulule : http://fr.ulule.com/regardindependant-50ans/

09/03/2015

Regard Indépendant fête les 50 ans du super 8

Le super 8 a 50 ans !

Regard Indépendant fête l’événement avec un film collectif et sa nouvelle série de courts métrages en super 8 à Nice.

50 ans et bien vivant ! L'équipe de l'association Regard Indépendant vous propose de fêter dignement les 50 ans du format super 8 à travers un film collectif et une nouvelle collection de films de court métrage autour d'un thème libre : En super 8 .

Les films seront réalisés en super 8 noir et blanc ou couleur sur le principe du « tourné-monté ». L’objectif de cette opération est de fêter l’événement en synergie avec d'autres initiatives de part le monde pour le Global Super 8 Day en octobre 2015.

Nous voulons montrer que la pellicule argentique est toujours créative à travers l'utilisation d'un format original dans un dispositif léger et économique. L'utilisation de pellicule argentique permet, outre son rendu inimitable, de découvrir ou retrouver l'intensité de la création cinématographique traditionnelle.

super 8

La collection est ouverte à tout réalisateur débutant ou confirmé. Seule condition : être membre de l'association en 2015. Chaque réalisateur sélectionné reçoit une bobine de pellicule super 8 destinée à la réalisation d’un court métrage autour du thème proposé.

Le film collectif sera réalisé par l'équipe de Regard Indépendant autour d'une dizaine d'épisodes retraçant les différentes formes propre au super 8.

Un week-end de formation sera organisé les 28 et 29 mars autour du travail sur ce format spécifique, sur le scénario du film collectif, et les projets des réalisateurs.

L'association prend en charge l’achat de la pellicule et son traitement ainsi que la numérisation des films en vue de la version numérique. L'association met à disposition ses moyens propres pour le tournage.

Pour le financement de cette opération ambitieuse, Regard Indépendant lance un appel au financement participatif sur :

Le site Ulule.


Le partenariat noués hors de notre région avec La Petite Marchande de Films de Caen, Met L Film de Beyrouth, et CinéSuper8 sont reconduits pour élargir le champ des échanges créatifs.

La première des films de la collection En super 8  aura lieu au cours des 17emes Rencontres Cinéma et Vidéo à Nice qui se tiendront en novembre 2015. L'association organisera la diffusion de la collection lors de ses manifestations ainsi qu'une édition en DVD et la mise en ligne sur notre espace Motionmaker sur Dailymotion

Contact :

Regard Indépendant

Vincent Jourdan, président

06 23 07 83 52

https://www.facebook.com/50super8

regardindependant@gmail.com

Visuel Memphis Mao / bande annonce Xavier Ladjointe

10/02/2015

13 février - Soirée super 8 à la Médiathèque de Cannes

Vendredi 13 février 2015 à 19h00

Soirée super 8 proposée par l'association Regard Indépendant

Pour bien commencer l'année, l’équipe de Regard Indépendant répondant à l'invitation de La Médiathèque de Cannes vous donne rendez vous le vendredi 13 février à 19h00 pour une soirée pleine d'images et de sons avec du super 8 sur grand écran. Au programme, les films réalisés par les participants de l'atelier super 8 de 2014 ainsi que ceux primés par le jury et le public. En supplément, ce sera l'occasion de découvrir le court métrage de Benjamin Coutois, «Si seulement » dont le scénario avait été lu en février 2014. La séance sera suivie d'un débat avec les réalisateurs et réalisatrices

Ville folle, le palmarès des super 8 – les films de l'atelier de la Médiathèque - 30 minutes environ

Deux drôles d'oiseaux – Un film de Isabelle Angibaud et Sacha Casadamont-Duval - Scénario Isabelle Angibaud - Photographie : Sacha Casadamont-Duval – Son : Sacha Casadamont-Duval et Julien Barlier – Avec les voix de Laurent Virieux et Eric Cabin – En partenariat avec la Médiathèque de Cannes.

médiathèque de cannes,regard indépendant,super 8

Une charmante petite ville se réveille au son des bulldozers. Sous le regard d'une vieille dame, dont la maison fut épargnée, et de ses oiseaux, deux architectes s'engagent dans une surenchère architecturale extravagante...

Sonatine – Un film de Magali Thomas – Musique : Sergio Monterisi – En partenariat avec la Médiathèque de Cannes. Avec Lucie, Boughos, Paquita, Grisette, Princesse, Una, Michelle, Sergio, Raymond, Nicole, Ariane, Camille, Charlotte, Monique, Clezm, Ilagam...

Folie de la ville vue à travers l’œil naïf et insouciant de nos amies les bêtes. Tout au long de notre voyage nous suivons les chats du port, le chien de la vieille, les poules de Nicole, le poisson de la plage, les mouettes du clown...

Point de fuite – Un film de Sylvie Raoul – Son :Dan Fluture – En partenariat avec la Médiathèque de Cannes. Avec Pierre Mathieu, Antoine Henry, Adrien Henry, Hadding Delin, Michèle Mathieu.

médiathèque de cannes,regard indépendant,super 8

Deux modes de vie parallèles à Cannes qui s'ignorent et ne se rencontrent qu'accidentellement.

Cactus de Sandra Fatté, 1er prix du jury – Photographie : Hassan Haïdar et Sandra Fatté – Son : Stéphanie Nassar  – En partenariat avec Metl L Film. Avec Joanna Andraos et Chadi Dib.

À Beyrouth, les débuts d'une amourette entre deux voisins sont menacés.

Like me metal de Laurence et Julien Barlier, 2eme prix du jury – En partenariat avec la Médiathèque de Cannes.

A la radio, est annoncé le 11 avril 2013, la mise à mort du dernier haut fourneau mosellan, à Florange, qui signe le coup d'arrêt de la sidérurgie lorraine.

Building bang de Monique et Philippe Millat, 3eme prix du jury – Musique : Adrien Millat – En partenariat avec la Médiathèque de Cannes.

Un enfant joue le soir dans sa chambre, à construire en maquette un village monotone. Il s'endort et ses rêves sont remplis de constructions et de destructions en folie.

Don Quichotte dou Paioun du Radis Calciné, prix du public et accessit pour la narration – Musique : Jérôme Barbier – Avec Romain magne, François Guillaumet, Christel Giumelli, Teresa Maffeis, Guy Ouillon, Pierre Remy Pichon et Nouara Aci.

médiathèque de cannes,regard indépendant,super 8

Dans un village sur les berges du Paillon, dont je ne veux pas me rappeler le nom...

O de Cate et Xavier Barron, accessit pour le meilleur film hors sujet - Images : Xavier Pasturel Barron - Avec Cate Barron, Juliet Vibert, Monique Prével, Roselle Gillam.

Hail to thee, thou Sun of the seasons, glorious Mother.

À l'ombre du jasmin de Charbel Kamel, prix du public – En partenariat avec Metl L Film – Photographie : Mohammed Sabbah et Charbel Kamel – Musique : Joe Kamel – Son : Lama Sawaya – Avec Charbel Kamel.

Un psychologue, un acteur, un producteur. Une ville. Tous sous le même deuil.

Et

Si seulement – Un film de Ben Courtois – Photographie Gabriel Pelisson et Alexandre Massebiau – Musique Grégoire Lourme - Avec Baki Bousmaha, Yann Lerat et Ann Long – 8 min. 
- Numérique.

médiathèque de cannes,regard indépendant,super 8

Philippe est un artiste raté, dont la vie ne lui convient pas. Il souhaiterait que les choses soient plus simples, qu'elles disparaissent. Ainsi, ses proches, et tout ce qui lui a un jour appartenu, disparaît, et semble ne jamais avoir existé.

Programme susceptible de modifications

Entrée libre

Médiathèque de Cannes

1 Avenue Jean de Noailles, 06400 Cannes

04 97 06 44 83

www.regardindependant.com

Contact : 06 23 07 83 52

07/02/2015

6-13 février - Festival Cinéma Sans Frontières au Mercury

Du 6 au 13 février 2015 se tiendra au cinéma Mercury (16 place Garibaldi – Nice), le 13ème Festival annuel de l'association Cinéma Sans Frontières sur le thème : Le cinéma sens dessus dessous, quad le cinéma joue avec ses codes. Polar, western, fantastique, documentaire, découvrez la programmation complète en cliquant sur l'affiche :

cinéma sans frontières,western,cinéma mercury

Genres, Travestissements, Transgressions

L’idée de ce festival est née d’une constatation récurrente et somme toute très simple : le cinéma n’est jamais aussi bon que lorsqu’il dépasse les codes et les genres qu’il s’est lui-même fixés. D’ailleurs, on pourrait voir toute la programmation de CSF comme un long ruban de films hors normes ou transgenres.

Dès sa naissance, le cinéma s’est défini par deux genres majeurs qui perdurent aujourd’hui : D’une part, les films des frères Lumière qui enregistrent le réel ; La sortie d’usine ou L’arrivée du train en gare de La Ciota. C’est la veine documentaire du cinéma. La réaction du public voyant pour la première fois ce train sortir à toute allure du tunnel et foncer droit sur eux est la marque première, indélébile et signifiante de la rencontre entre l’image en mouvement et l’œil humain, de l’identification immédiate du spectateur à ce qu’il regarde…

L’autre grand genre du cinéma, c’est celui des films fantastiques de Méliès, les films qui, au contraire, ne racontent pas le réel, ou qui ne le racontent pas nécessairement tel qu’il est. C’est l’immense domaine de la fiction, sous toutes ses coutures.

Mais très vite, le cinéma va dépasser les grandes catégories héritées du théâtre et décliner des variantes qui lui sont propres et qui iront en se diversifiant au fil de son histoire.

L’idée du festival n’est évidemment pas de dresser un panorama complet de tous ces genres et sous-genres, mais de faire ressortir la puissance d’invention et de créativité qui surgit chez les grands cinéastes – et parfois chez les moins grands – dès lors qu’ils s’approprient les codes caractéristiques de chacun de ces genres.

La notion même de codification comporte en soi le risque du formatage et de l’étiolement, Ça donne le film prévisible, les scénarios balisés, le montage atone, la bande-son qui fait office de surligneur, les dialogues plats, le jeu d’acteurs standardisé, etc... Des kilomètres de pellicule hier, des millions de Giga aujourd’hui, sont consacrés à cette cause du plat réchauffé, de la charentaise et du parcours fléché où le spectateur est censé se sentir chez lui. Comme si c’était ce qu’on demandait au cinéma ! Bien au contraire, le bon film, le vrai, celui qui nous reste, est celui qui arrive à nous surprendre avec ce que pourtant nous connaissons déjà. En effet, le cinéma, même s’il n’a guère plus de 100 ans d’existence, s’est emparé instantanément, et peut-être plus profondément que toutes les autres formes d’art, de notre imaginaire, il le peuple, il le colonise même avec une facilité déconcertante. À ce propos la manière dont le cinéma est advenu au monde est en soi significative.

Attraction foraine à ses débuts, divertissement immédiatement accessible, le cinéma commence par gagner ceux qu’on appellerait aujourd’hui les 99 %. De fait, il n’obtiendra que bien plus tard ses lettres de noblesse. C’est sans doute ce qui explique que nous soyons si nombreux à avoir intériorisé, sans même y prêter jamais vraiment attention, tous ces personnages-clefs, qui sont autant d’archétypes, du film noir ou du western, du film d’aventures ou du film-catastrophe, de la comédie musicale ou du polar...

Gangster au grand cœur ou brute épaisse, flic véreux ou détective irréprochable, femme fatale ou tendre ingénue, pistolero romantique ou marginal meurtri, jeune garce sans scrupule ou vielle dame complètement frappadingue, nous portons en nous toute une « comédie humaine » qui nous vient du cinéma, une galerie de portraits qui se constitue par résonance avec ce je-ne-sais-quoi de profondément intime auquel s’adresse le cinéma.

C’est précisément parce que nous avons absorbé si intimement tous ces personnages, toutes ces péripéties, tous ces passages obligés que nous détectons immédiatement ce qui s’en écarte pour nous entraîner ailleurs. Il suffit parfois d’un pas de côté pour nous désorienter, piquer notre curiosité, laver notre regard de tout ce qu’il connaît et le renouveler… Nous sommes les premiers surpris par cette opération de passe-passe et une bonne partie de notre ravissement vient de ce décalage, de ce va- et- vient constant entre ce à quoi nous nous attendions et ce qui nous est servi en échange. À condition bien sûr de ne pas se faire avoir au change, car sinon la frustration s’avère vite totalement insupportable ! Tout le travail sur le genre s’effectue dans cet entre-deux. De la dérision à l’ironie, du détournement au renversement, le tragique se change en burlesque, le sublime en trivial, le terrible en drolatique et vice versa. Toutes les combinaisons sont possibles et n’en finiront jamais d’être explorées.

Dans notre modeste sélection, nous avons, nous aussi, voulu vous surprendre par des associations improbables, des rencontres inédites, des télescopages dépaysants, car qui a jamais vu un shérif qui carbure à la limonade, un simple pneu qui se prend pour un serial killer, ou encore un faussaire qui dit la vérité ?... Mais au fond, pourquoi pas ? Au nom de quoi cela serait-il impossible ? Le réalisme, la vraisemblance, l’usage, la convention ? Foin de tout cela, il suffit que le réalisateur soit suffisamment convaincant pour vaincre nos éventuelles résistances et nous entraîner dans son monde qui est, alors, forcément, aussi un peu/ beaucoup/ passionnément/ à la folie le nôtre. À ce moment-là, par cette alchimie qui lui est propre, le cinéma nous découvre à nous-même et il ne tient plus qu’à nous de plonger non seulement dans l’inattendu du cinéma, dans l’inespéré du réel, mais dans notre propre inconnu.

C’est là, à n’en pas douter, la grande affaire du cinéma d’être à la fois la représentation mimétique du réel – au-delà de tous les autres arts – et probablement de ce fait, le miroir d’un ailleurs insoupçonné.

Josiane Scoleri

cinéma sans frontières,western,cinéma mercury

Dans ce cadre, Regard Indépendant s'associe à l'évènement en présentant le très original western Tchécoslovaque Joe Limonade (Limonádový Joe aneb Koňská opera) réalisé par Oldřich Lipský en 1964 et sorti en France l'année suivante. L'occasion pour le président de Regard Indépendant de revenir sur ce genre majeur du cinéma.

25/01/2015

5 février - Soirée de rentrée au Volume

Jeudi 5 février 2015

Soirée de rentrée Regard Indépendant

Le palmarès des super 8 – Ramène ta bobine !

Petits fours - Concert James ton robe

Pour bien commencer l'année, l’équipe de Regard Indépendant répondant à l'invitation de La Source vous donne rendez vous le jeudi 5 février à 20h00 au Volume, au 6 de la rue Defly (06000 Nice). Une soirée pleine d'images et de sons avec du super 8 sur grand écran et de la musique sur grands instruments. Au programme, vous pourrez retrouver les plus beaux moments de la collection super 8 en tourné monté 2014 sur le thème Ville folle avec les films primés par le jury et le public. En seconde partie, une nouvelle session de Ramène ta bobine où les spectateurs sont invités à apporter les films super 8 qu'ils auront récupéré dans les malles et les placards, et pour conclure,un concert du groupe James Ton Robe. Qu'on se le dise !

Visuel 5 février.jpg

20h30

Ville folle, le palmarès des super 8 – 30 minutes environ

Cactus de Sandra Fatté, 1er prix du jury
Like me metal de Laurence et Julien Barlier, 2eme prix du jury
Building bang de Monique et Philippe Millat, 3eme prix du jury
Don Quichotte dou Paioun du Radis Calciné, prix du public et accessit pour la narration
O de Cate et Xavier Barron, accessit pour le meilleur film hors sujet
À l'ombre du jasmin de Charbel Kamel, prix du public

21h15

Ramène ta bobine – 30 minutes environ – Projections en super 8

Le retour de notre nouveau concept « Ramène ta bobine ». Le programme, c'est vous qui allez le composer. Nous vous proposons de fouiller dans vos greniers, vos placards ou vos caves et de nous apporter lors de la soirée vos anciens films en super 8.

Cherchez bien, il y a sûrement des délires, des films de vacances, des petites fictions, des documentaires, des créations oubliées que vous aurez plaisir à redécouvrir en projection et à faire partager. Des bandes son vous seront proposées pour agrémenter vos images.

Pour proposer un film, prenez contact avec nous :

regardindependant@gmail.com ou 06 23 07 83 52

Bonus

Ceci n'est pas une menace, le nouveau court-métrage de notre ami Charbel Kamel, tourné au Liban le 6 janvier...

22h00

James ton robe en concert

Musique transgenre et hypnotique, élaborée à base d’ingrédients conçus entièrement par les membres du groupe aux influences très diverses : de Magma à Siouxsie Sioux en passant par Led Zeppelin. Une voix polymorphe portée par une ambiance musicale mâtinée tantôt de rock-psyché, country-disco et parfois même de transe-ritournelle.
Pour agrémenter leur répertoire d’une touche 1979, James s’est permis une reprise : A Forest de The Cure, adaptée à la mode Ton Robe...

Le lien pour les écouter

Leur Facebook

James ton Robe.jpg

Programme susceptible de modifications

Visuel Memphis Mao

PAF : 3€ + adhésion obligatoire à l'association La Source 2 €

Bonne année !

L'équipe de regard Indépendant vous souhaite une belle année 2015

et vous invite à célébrer avec elle le cinquantenaire du super 8.

regard indépendant

 

 

10/01/2015

13 janvier - Nous sommes Charlie à Beaulieu

Beaulieu.jpg

22/12/2014

Héliotrope, appel à comité de sélection

Dans le cadre du festival européen du court métrage de Nice « Un festival c’est trop court! », du 9 au 16 octobre 2015, l’association Héliotrope lance un appel aux volontaires cinéphiles afin de constituer le comité de sélection de l'édition 2015.

 

Plus de 1700 films ont été reçus à l'occasion de l'édition 2014. La sélection n'aurait pas été possible sans le travail émérite des 26 membres du comité de sélection assignés à quatre compétitions :

  • Compétition Européenne : 38 films de fiction, d’animations, documentaires ou expérimentaux retenus et répartis en huit programmes

  • Compétition Expérience : 30 films d'expérience retenus et répartis en deux programmes

  • Courts d'Animation : 15 films d'animation d'écoles francophones retenus et répartis en un programme

  • Courts d'Ici : 11 films réalisés et produits en région PACA et répartis en deux programmes

 

En cette prometteuse 15ème édition, l'association Héliotrope a plus que jamais besoin de vous !
Si vous êtes passionnés de cinéma et de courts métrages, que vous disposez de temps libre et que vous souhaitez vous engager bénévolement aux côtés de l'équipe dans un objectif d'échange et de partage, merci de confirmer votre participation par mail  avant le mercredi 14 janvier 2015.

 

Une réunion d'information sera organisée le vendredi 16 janvier 2015 à 18h30, au bureau Héliotrope (10, bis rue Penchienatti – Nice)

 

Caroline Martinaux

Bureau du film
festival@nicefilmfestival.com

Marine Lucas

Chargée de communication
communication@nicefilmfestival.com

19/11/2014

27/29 novembre - Les 16èmes Rencontres

Les 16e Rencontres Cinéma et Vidéo à Nice

Cinéma Mercury - Le Volume

27 – 29 novembre 2014

regard indépendant,super 8,vidéo,court métrage

Toute l'équipe de regard Indépendant a le plaisir de vous convier aux 6ème édition des Rencontres Cinéma et Vidéo se dérouleront du jeudi 27 au samedi 29 novembre au sein de deux lieux culturels niçois : la salle le Volume et le cinéma Mercury.

L’association Regard Indépendant poursuit son travail de valorisation de la création indépendante et du format argentique super 8 qui fêtera l'an prochain ses cinquante années d 'existence.

Nous avons a choisi le thème aux multiples interprétations « Ville folle » pour ce rendez vous annuel. Les films réalisés tout au long de l'année sur ce thème, en super 8 sur le principe du « tourné-monté », seront projetés au cinéma Mercury le samedi 29 Novembre à partir de 20h30.

Les trois journées des Rencontres seront, comme à l’accoutumée, dédiées à la création cinématographique régionale. Il sera proposé une sélections de films d'école et d'ateliers et des courts métrages de réalisateurs et réalisatrices régionaux, films d'animation, fictions, documentaires et expérimental. Il sera possible de découvrir les œuvres de Florian Schonerstedt, Antoine Banni, Élisabeth Leuvrey, Jonathan Hudic, Julie Perreard ou Amine Sabir. Les réalisateurs seront présents pour répondre aux questions du public.

Pour tous ceux qui souhaitent passer à l'acte cinématographique, Guillaume Levil animera avec Xavier Ladjointe une séance spéciale autour de la réalisation et de la production indépendante le vendredi à 16h30. Sur les écrans également, La machina, original long métrage de Thierry Paladino qui va de village en village dans le sud de la France. Un film à voir en famille.

L'ouverture sera l'occasion d'une carte blanche à nos amis normands de La Petite Marchande de Films, d'un concert de Jean-Louis Chinaski et d'une nouvelle session de « Ramène ta bobine » ou les spectateurs sont invités à apporter leurs anciens films en super 8 pour une projection surprise.

Autour du super 8, nous proposerons vendredi 20h00 la découverte de Kodachrome, long métrage en forme de road movie réalisé par le collectif « K-14 », quatre jeunes réalisateurs belges épris de cette pellicule mythique.

Les 16èmes Rencontres Cinéma et Vidéo à Nice

Du 27 au 29 novembre 2014

Cinéma Mercury – Le Volume – Nice

Tarif 4 € / Soirée Le grand soir du super 8 tarif unique 8 €

Contact : regardindependant@gmail.com

Tel : 06 23 07 83 52

Visuel : Didier Balducci

Rejoignez nous sur Facebook : http://www.facebook.com/Les16eRCVN

11/10/2014

13-19 octobre - Un festival c'est trop court !

Du 13 au 19 octobre se tiendra la 14e édition d'Un festival c'est trop court !, le festival européen du court métrage de Nice organisé par nos amis de l'association Héliotrope.

cinéma,court-émtrage,héliotrope

L'éditorial de Laurent Trémeau, Directeur artistique

Outre les 93 films répartis dans les 4 compétitions, le pays invité (La Roumanie), les programmes thématiques récurrents (Scopitone, documentaire…), les séances spéciales (Prix SNCF du Polar) et la journée professionnelle Nice Short Meeting, Un festival c’est trop court présente cette année FINAL CUT, un large panorama consacré au MONTAGE, dont la bande annonce 2014 esquisse une introduction à travers « la femme à la caméra ».

Élément essentiel du langage cinématographique, le montage constitue aussi la matière la plus spécifique du cinéma. Car, si écrire, dessiner, jouer, réaliser des prises de vues ou de son, apparaissent aussi dans la littérature, le théâtre, la photographie : pratiquer l’art du montage relève bien du seul cinéma.

En 1929, Dziga Vertov l’annonce en ouverture de L’homme à la caméra : il cherche « à créer un langage cinématographique absolu et universel, libéré du langage théâtral et littéraire ».
Des débuts du cinéma et aux films sans montage, à l’avènement des fondus enchainés dans le cinéma classique hollywoodien, jusqu’aux jump cuts de Godard sur la nuque de Jean Seberg dans A bout de souffle, le montage a traversé l’histoire du cinéma, avec ses techniques, ses évolutions et ses théoriciens.

40 ans après les théories et les œuvres des formalistes russes Eisenstein, Koulechov et Vertov,l’arménien Artavazd Pelechian reprend le flambeau de l’avant-garde « J’essaie de faire un cinéma pur qui ne doive rien aux autres arts ». Un de ses courts métrages réalisé en 1967, Au début, sera « joué » en ciné concert par les musiciens d’OeilRoulette.

Final Cut, expression désignant le montage final d’un film, décrit l’enjeu de pouvoir et de décision finale entre le producteur et le réalisateur. « Le seul moment où l’on peut exercer un contrôle sur un film est le montage (…). C’est toute l’éloquence du cinéma que l’on fabrique dans la salle de montage. » dit Orson Welles.

Le montage : troisième œil ou troisième main ?

Après l’écriture et le tournage, refait-on le film une troisième fois ? Le monteur devient-il un scénariste, doublé d’un réalisateur, ou un ultime collaborateur pour l’auteur ?

La masterclass avec un des plus grands monteurs français Yann Dedet, permettra d’aborder la question du montage au cinéma, sa technique et sa pratique, mais aussi et surtout de décrire les relations entre le réalisateur et le monteur.

Final cut aborde aussi le cinéma expérimental avec les films de found footage qui puisent leurs images dans des œuvres existantes, on y retrouvera notamment un des derniers films du maitre allemand Matthias Müller.

Final Cut ne pouvait faire l’impasse sur l’une de ses inspirations majeures, Blow-up, le web-magazine d’ARTE dirigé par Luc Lagier qui n’en finit plus de tisser des liens entre les perles du 7ème Art, dans des montages habiles (Recut), autour de thématiques insolites (Tennis et cinéma).

Enfin, l’art du détournement et de l’œuvre revisitée, explose sous toutes ses formes grâce à l’outil informatique…connecté. Le « mash-up », le sample visuel, remixe tout : films, séries, pubs, clips. Il est un film fondateur devenu culte, après Debord mais avant les faiseurs d’Internet : La classe américaine / Le grand détournement réalisé en 1993 par Michel Hazanavicius et Dominique Mézerette.

Qui n’a jamais rêvé de voir sur grand écran, George Abitbol, l’homme le plus classe du monde ?

Le site du festival

09/10/2014

10 et 11 octobre - Week-end tout court(s) à la Médiathèque de Cannes

Second Week-end Tout Court(s) à la Médiathèque de Cannes, les 10 et 11 octobre.

Synonyme de jeunesse, de fraîcheur et d’inventivité débridée, le court-métrage se dévoile et se décline sous toutes ses formes le temps d’un week-end de mise à l’honneur à la médiathèque de Cannes ! Venez le (re)découvrir lors de la seconde édition du week-end Tout Court[s].

Entrée libre dans la mesure des places disponibles.

médiathèque de cannes,court métrage

Programme :

 

Vendredi 10 octobre

18h - Rencontre avec Nicolas Bary et Nicolas Duval

Une discussion « au long cours » en compagnie de deux réalisateurs émérites autour de leur carrière respective, leur conception du cinéma, le passage du court au long-métrage.

 

Samedi 11 octobre

Le matin - Projection de courts-métrages issus du fonds de la vidéothèque Noailles.

15h - Programmation de courts-métrages sélectionnés

Issus notamment du palmarès de l’édition 2014 du Festival du Film Merveilleux de Paris et de l’association niçoise Regard Indépendant ; en présence d’acteurs et de réalisateurs.

 

Programme Regard Indépendant :

Petites annonces - Un film de Sandra Fatté – Premier prix du jury 15e rencontres Cinéma et Vidéo à Nice

Ich bin 47 – Un film de Jan Peters – Second prix du jury et Prix du public 15e rencontres Cinéma et Vidéo à Nice

César de 5 à 7 – Un film de Morgad Le Naour – Mention du jury 15e rencontres Cinéma et Vidéo à Nice.

 

Renseignements :

Médiathèque Noailles

1 avenue Jean de Noailles

06400 Cannes

04 97 06 44 83

05/09/2014

19 septembre - Soirée super 8 à la Providence

C'est la rentrée de Regard Indépendant !

L'association Regard Indépendant est heureuse de répondre à l'invitation de la Semeuse pour organiser une soirée de projections en super 8 le vendredi 19 septembre 2014.

super 8, la providence

L’événement débutera dès 20h00 avec la présentation des prochaines et 16e Rencontres Cinéma et Vidéo à Nice qui se tiendront du 27 au 29 novembre au Volume et au Cinéma Mercury. La présentation agrémentée de quelques images sera suivie d'un moment convivial autour d'un verre.

Dès que la nuit sera tombée, nous vous proposons dans un premier temps de découvrir ou de revoir les meilleurs films de notre collection 2013 « De 5 à 7 » de courts métrages en super 8 tourné montés. La projection aura lieu en super 8 avec les films du palmarès (jury et public). Belle occasion de voir dans leur format d'origine les œuvres de Sandra Fatté, Jan Peters, Morgad Le Naour, Sacha Casadamont Duval, Cate Baron, Charbel Kamel, Hugues Klingelschmitt et du Radis Calciné.

regard indépendant,super 8

Une fille de Belleville et de Ménilmontant

de Sacha Casadamont Duval

super 8, la providence

Petites annonces de Sandra Fatte

La seconde partie du programme est un tout nouveau concept que nous avons appelé « Ramène ta bobine ». Le programme, c'est vous qui allez le composer. Nous vous proposons de fouiller dans vos greniers, vos placards ou vos caves et de nous apporter lors de la soirée vos anciens films en super 8.

Cherchez bien, il y a sûrement des délires, des films de vacances, des petites fictions, des documentaires, des créations oubliées que vous aurez plaisir à redécouvrir en projection et à faire partager. Des bandes son vous seront proposées pour agrémenter vos images.

Pour proposer un film, prenez contact avec nous :

regardindependant@gmail.com

06 23 07 83 52

Programme :

Présentation des 16e Rencontres Cinéma et Vidéo à Nice

Expérience super 8 + Ramène ta bobine !

Projections en plein air et en super 8

Vendredi 19 septembre 2014 à partir de 20h00

Centre Culturel de la Providence, (8 bis rue Saint Augustin) - Vieux Nice

En plein air (si le temps le permet)

Entrée libre

Visuel Didier Balducci

04/09/2014

Rentrée littéraire

Premier recueil de nouvelles de notre ami Xavier Ladjointe sous le joli pseudonyme de Laventure, "Eh ! L'amour, je te parle !" vient de paraître aux éditions de l'Harmattan.

littérature

Dix nouvelles, dix histoires d'amour, dix personnages... mais ne serait-ce pas l'auteur qui se raconte à travers tous, endossant le costume criblé d'espoir et de désillusion de la renaissance amoureuse ? Ukrainien de banlieue, serveuse à Las Vegas, Cupidon à l'heure de la mondialisation ou prof dans un tendre coma ; tous se débattent avec l'urgence d'aimer encore - si l'amour n'est pas sourd !

A commander sur le site de l'éditeur.